Accueil / Les éditos des différentes Lettres de Galilée / Hôpital : la réforme sera-t-elle au rendez-vous ?

Hôpital : la réforme sera-t-elle au rendez-vous ?

Éditorial de la 441ème

Ce mardi, le Premier Ministre, Édouard Philippe, accompagné de sa Ministre de la Santé, Agnès  Buzyn, compte présenter son plan pour l'hôpital. En pleine bataille de hashtag, les annonces de réforme risquent d'en décevoir plus d'un. Car, comme on le sait, pour l'instant, tout est dans la concertation et l'écoute.

Lire : Déserts médicaux : des airs de déjà vu

Tous deux présenteront leurs mesures à l'hôpital d'Eaubonne dans le Val-d'Oise (95). Ils dévoileront leur "Stratégie de transformation du système de santé". Mais, a priori, pas de révolution dans l'air. Juste des groupes de travail et de nouveaux comités Théodule pour meubler l'espace médiatique.

Lire : Quand l’hôpital est dans le rouge

Le climat est crispé avec de nouvelles économies de 1,6 Md€ attendues pour l'hôpital cette année. "L'hôpital est à l'os" prévient Frédéric Valletoux le patron de la Fédération hospitalière de France (FHF) interviewé hier dans Le Parisien. "Il faudrait tenir les promesses ! Chaque automne, le Parlement vote un budget, dont le ministère de la Santé s'empresse de geler une partie. En 2017, il a gelé 400 M€, et en octobre il ne nous a restitué que 150 M€. Le reste a servi à compenser le dérapage des dépenses en médecine de ville. Ensuite, il faut que les prévisions de dépenses soient construites de façon réaliste. Les discussions sur le budget des hôpitaux pour 2018 sont parties sur l'hypothèse d'une croissance de l'activité de 3,1 %. Hausse que le ministère va compenser par une baisse de nos tarifs. En 2017 il a tablé aussi sur 3 % de croissance des soins, mais elle n'a été que de 0,5 %. Cela explique en grande partie les 1,4 Mds€ de déficit des hôpitaux l'an dernier."

Lire : Les directeurs d’hôpitaux se rebiffent

Alors que les personnels attendent de vraies réformes structurelles, le plan annoncé risque un fois de plus de jouer de démagogie pour expliquer les économies attendues : car le PLFSS a déjà prévu un financement à la baisse en 2018. Et, face à la grogne de l'hôpital public comme privé, Agnès Buzyn risque d'être l'impotent fusible comme le fut Marisol Touraine en son temps.

Crédits photos : Antonio Guerra.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Santé : Un an après, tout reste à faire

Éditorial de la 449ème Mardi, Christophe Castaner organisait une "soirée informelle" pour fêter ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer