Google et gueule de bois

Éditorial de la 285

Un dossier dans Les Echos du mercredi 29 octobre 2014 révèle les intentions du géant Google sur la médecine. Le journal en fait sa manchette : "le pari fou de Google pour réinventer la médecine".
On connaissait les enjeux des "big data", ces milliards d’informations sur la vie privée et les habitudes de vie des deux ou trois milliards d’internautes dans le monde. Voilà le géant californien prêt à se lancer dans les nanotechnologies : "faire circuler dans le sang des particules nanoscopiques (2000 fois plus petites qu’une cellule sanguine) précise Benoît Georges, l’auteur de l’article, pour mesurer les changements biochimiques annonciateurs d’une tumeur…".

Lire : Quand Google vaccinera

L’intention n’est pas nouvelle. Déjà en 2008 Google et Microsoft prétendaient mettre sur le marché des modèles de dossier médical, respectivement Google Health et Microsoft Health Vault, susceptibles de contenir des données médicales personnelles. En France, les projets n’ont pas marché, y compris aux USA et au UK, pays dans lesquels la législation est pourtant moins contraignante. Le président Obama avait même promis aux citoyens américains un dossier pour tous d’ici 2014, répétant sans le vouloir, la promesse jamais tenue de Douste-Blazy en 2004.
Les géants du Net ont alors changé leur fusil d’épaule. Ils s’associent désormais aux cadors de la médecine cellulaire et entrent sur le marché par le biais des addicts du bien-être. La multiplication des "apps" pour les adeptes du jogging, hiking et autres fitness en est la manifestation la plus tangible.

On ne peut s’empêcher de jeter un regard désolé sur la politique française en matière de nouvelles technologies médicales. Plutôt ingénieuse et débrouillarde comme le montre L'Expansion de ce mois-ci, la France était plutôt en bonne position sur le marché des nouvelles technologies.
L’Etat, tatillon et égocentrique, s’est accaparé la plupart des dossiers informatiques et a fait perdre dix ans d’innovation.
De quoi retrouver notre malheureux DMP dans peu de temps avec une belle gueule de bois.

RF

À propos de Remy Fromentin

Cofondateur de La Lettre de Galilée en 2007, il a mené une carrière de dirigeant au sein de l'Assurance maladie jusqu'en 2002. Il est depuis cette date consultant international. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

[Re]vue de Web : Le stéthoscope, les honoraires et l’innovation en santé

Pour les 200 ans du stéthoscope, Jean-Marie Vailloud revient sur cet anniversaire  sur son ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer