Accueil / Numérique / DMP / Feu le DMP : et vive le dossier … professionnel partagé !
La Lettre de Galilée

Feu le DMP : et vive le dossier … professionnel partagé !

Le DMP « bouge encore » ... Si peu mais quand même ! Le Quotidien vient de se faire l’écho des réticences que suscite dans la communauté médicale le chantier ouvert par le ministère à l’enseigne d’une « Task Force » sensée désembourber le dossier avant fin février.

Pilotée par l’inspecteur IGAS Michel Gagneux, un des co-auteurs du rapport assassin de novembre, celle-ci tient ce mardi sa deuxième réunion de travail après avoir, la semaine passée, auditionné les ministres ayant eu à connaître du sujet. Jacques Sauret, le patron du GIP et André Loth, successeur du précédent à la tête de la Mission Interministérielle pour le Système de Santé (MISS) sont évidemment membres de ce focus-groupe, ainsi que deux représentants de la CNAMTS (Denis Richard et Alain Folliet), un représentant des médecins en la personne du cancérologue Alain Livartowski (Institut Curie) et un représentant des patients, curieusement privé du mandat de son ancienne organisation (Collectif Interassociatif pour la Santé). Sans oublier le consultant extérieur, Pierre-Henry Comble (CSC), dont la compétence est unanimement soulignée par toutes les parties. Le simple énoncé de cette composition d’équipe a évidemment des airs de « commando-techno » sur lequel les représentants de la profession organisée ont beau jeu de dauber, depuis la FHF jusqu’à la CSMF en passant par la FMF ou le SML ... Les uns et les autres fourbissent les armes en vue du prochain rendez-vous décisif pour le dossier, le séminaire d’avril dont Mme Bachelot attend les bases d’une relance politique et technique. Initié en 2004 par Alain Coulomb qui, outre sa charge de directeur de la HAS avait hérité du bébé, le principe de ces séminaires reste un incontournable dans la saga du DMP.

Même si la fumée blanche censée célébrer le consensus qui s’y est noué n’est plus guère de mise aujourd’hui –la dernière fois qu’on l’a vue sortir, c’était pour honorer le pseudo-ralliement médical au principe du « masquage masqué » des données par le patient– tout le monde fait mine de croire qu’il garde encore son intérêt stratégique. Sauf que cette fois, la task-force, ne sera pas seule aux manettes. Car tout le monde attend, du député UMP du Loiret, le cardiologue Jean-Pierre Door, un rapport largement plus politique. Et la politique oblige aujourd’hui au pragmatisme : ce qui est bon pour le DMP est d’abord ... ce qui marche sur le terrain. Et ce qui fonctionne sur le terrain, c’est aujourd’hui le DP, comme Dossier Pharmaceutique : 120 000 dossiers ouverts au 31 décembre par 300 pharmaciens volontaires dans six départements. Soit deux fois plus déjà que les expériences « officielles » du GIP l’an passé. En toute discrétion mais avec une redoutable efficacité ! En s’affranchissant surtout de la querelle picrocholine sur le droit du patient au masquage, exercice masqué ou pas ! ... Rétrospectivement, cette querelle éthique apparaît effectivement létale pour le DMP issu de la Loi de 2004. Dès lors que le législateur en imputait la propriété exclusive au patient, il se privait de la contribution active des professionnels. Et sans volontarisme des praticiens, pas de DMP : l’impasse du moment est absolue et, sans doute, définitive.

Deux leçons doivent déjà être méditées de cette « percée » du DP :

  • Un dossier-patient n’impose sa pertinence que sous condition d’apporter une authentique valeur ajoutée dans la prestation. C’est le cas du DP qui vise l’exhaustivité des consommations médicamenteuses, molécules prescrites ou ... auto-prescrites. Valeur ajoutée encore que de savoir se faire oublier. Il convient que l’alimentation du dossier soit rigoureusement indolore au professionnel : pas de configuration informatique complexe ni de manipulation obligée au moment de l’acte (double saisie).
  • Une telle entreprise ne se conçoit que « portée » par un organisme légitime. Chez les pharmaciens, l’initiative revient au Conseil de l’Ordre qui a su se doter des moyens et compétences pour assumer son ambition. Et l’imposer surtout aux divers éditeurs de logiciels.

Chez les médecins peut-il en aller pareillement ? Sans doute à en juger par ce qui se passe chez les radiologues. Leur syndicat (unique et incontesté) est engagé dans une démarche d’archivage de toute l’imagerie produite en secteur libéral. En (presque) parfaite synergie avec l’UNCAM, elle suspend le paiement du forfait d’archivage au respect d’un cahier des charges logicielles, opposable « de fait » aux éditeurs.

Cette jurisprudence peut-elle s’étendre à toutes les autres spécialités, médecine générale comprise. La profession organisée est-elle en mesure de surmonter ses divisions pour faire aussi bien que les pharmaciens ? L’idée est dans l’air et il faut lui souhaiter un vent porteur. Sachant que le DMP dont il est ici question ne sera plus le Dossier Personnel « made in Loi de 2004 », mais un dossier « partagé par des professionnels », version numérique des dossiers qui abonderont, depuis chaque cabinet médical, le Dossier « reflet » de chacun des patients ... Strict clone informatique, en fait, de feu le « Carnet de Santé » malencontreusement tombé il y a dix ans dans les poubelles de l’histoire ! On verra, sous quelques jours, ce qu’en disent la Task Force et les penseurs politiques de la mission-Door

À propos de Jean-Pol Durand et Rémy Fromentin

Depuis 2007, chaque mardi, Jean-Pol Durand, ancien rédacteur en chef du Quotidien du Médecin, Impact-Médecin Quotidien, Filières & Réseaux, et Rémy Fromentin, ancien haut responsable de l’assurance maladie, ont partagé leur vision sur l’actualité de la santé en France autour d’une lettre commune.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Bioéthique : un rapport parlementaire explosif

Éditorial de la 467ème Dernière étape du cycle de révision des lois ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer