Accueil / Les éditos des différentes Lettres de Galilée / Déserts médicaux : une fausse bonne nouvelle

Déserts médicaux : une fausse bonne nouvelle

Éditorial de la 398

Même Le Gorafi est dépassé par les boules-puantes de caniveau que réveille la campagne présidentielle qui sombre chaque jour davantage dans une fièvre tragi-comique. Mais jusqu'où ?

En attendant la fin du monde, Marisol Touraine continue son petit bonhomme de chemin.  À la question : comment attirer plus de professionnels de santé dans les zones sous-dotées ? Elle a une réponse à la Pangloss :  il suffit d'augmenter la superficie des zones sous-dotées ! En doublant la population couverte, on va bien finir par trouver quelques zones habitables pour ces médecins récalcitrants. On passe ainsi de 6 millions de Français résidant dans une zone sous-dotée à 12 millions. Un pur exercice de "communication politique" à deux mois des présidentielles pour Dr Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF. Un zonage qui inclut différents indicateurs (besoins de soins en fonction de l'âge des habitants, durée du trajet vers un généraliste, volume d'activité des médecins, âge des médecins) mais qui, en valorisant l'approche spatiale de la méthodologie, laisse de côté des pans entiers de "déserts médicaux" urbains, car les zones sous-dotées peuvent aussi être des quartiers de villes. Et une annonce ministérielle qui reste sans aucune indication sur les aides (et surtout leurs financements) qui y sont fléchés.

Une annonce qui privilégie ainsi une meilleure répartition des professionnels de santé en zone sous-dotée mais qui se révèle être en totale contradiction avec la validation du règlement arbitral proposé par Bertrand Fragonard sur les négociations conventionnelles (échouées) entre les chirurgiens-dentistes et l'assurance maladie. En effet, au-delà de la crispation de toute une profession et l'éviction de syndicats moribonds de la gouvernance du système de soins, cet arbitrage propose un plafonnement des tarifs prothétiques sauf pour certaines zones déjà très surdotées comme Paris, les Hauts-de-Seine, les Yvelines, l'Essonne et certains Dom-Tom. Une injustice territoriale incompréhensible qui remet en cause les politiques d'incitation à l'installation. Et qui risque de ne pas passer si les professionnels de santé portent la question au Conseil d'État...

Crédits photos : Christopher Dombres.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Le suicide des syndicats de dentistes

Jeudi dernier, Marisol Touraine a reçu la proposition de Bertrand Fragonard, désigné pour ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer