Accueil / [Re]vue de Web / Croissance française : nous ne travaillons pas assez

Croissance française : nous ne travaillons pas assez

Jacques Lucas nommé à la tête de l'agence agence numérique de santé (ANS)

À peine son départ du CNOM annoncé, en juin dernier, le Dr Jacques Lucas a été nommé par Agnès Buzyn (communiqué de presse) à la présidence de l'agence numérique de santé (ANS) qui doit succéder à l'ASIP Santé. Premier vice-président du CNOM, en charge du numérique, le Dr Lucas a largement contribué au développement des enjeux du numérique en santé notamment avec la publication en 2015 d'un Livre blanc sur le numérique en santé.

Lire : Rapport Villani sur l’Intelligence Artificielle : quelles perspectives pour la santé ?

"Le Dr Jacques Lucas a toujours voulu faire bouger les lignes, et nous ne pouvons que nous réjouir de l’embarquer dans cet ambitieux chantier qu’est le numérique en santé. Cette nomination reflète notre souhait d’aligner l’ensemble desacteurs, indispensable pour co-construire ce bel édifice : éditeurs, start’upeurs, citoyens, associations, établissements et bien sûr professionnels de santé" ont souligné Dominique Pon et Laura Létourneau, responsable et déléguée ministériels du numérique en santé auprès d’Agnès Buzyn et copilotes de la Délégation ministérielle du numérique en santé.

La croissance française résiste malgré un environnement international morose

Selon les derniers chiffres de l'INSEE, au troisième trimestre, le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 0,3 %, comme les deux trimestres précédents. Cette "résilience" française s'explique par une légère hausse de la consommation des ménages (+0,3%, au lieu de +0,2% au dernier trimestre) qui permet de compenser un léger ralentissement de l'investissement général.

Ce n'est pas le cas de l'Allemagne, plus exposée aux variations du commerce international. Pour Marie Charrel dans Le Monde, "l’Allemagne pourrait tomber en récession technique au troisième trimestre, tirant la croissance moyenne de la zone euro vers le bas, tandis que la stagnation italienne devrait se prolonger".

 

Raphaël Legendre dans L'Opinion dévoile une note de l'Ifrap sur les temps de travail comparés dans 9 pays européens dont la France. Selon l’Ifrap, "la relative faiblesse de la croissance française depuis 2010 provient essentiellement de la faible progression du nombre d’heures travaillées". La croissance française aurait même eu une valeur ajoutée supérieure de 107 milliards d’euros en 2018, soit 4 points de PIB. C'est en substance un constat qu'avait porté Bruno Le Maire, le Ministre des Finances, le mois dernier pour évoquer le pacte productif annoncé par Emmanuel Macron fin avril. La raison du déclassement de l'industrie française ? La faiblesse du temps de travail. "Nous ne travaillons pas assez. Le volume des heures travaillées en comparaison de nos voisins du G7 et des grands pays de l’OCDE est insuffisant" avait-il assené.

Le Mois sans tabac

Avec une hausse d'environ 50 centimes d'euro sur le paquet de cigarettes, le Gouvernement met les chances de son côté pour entamer sereinement ce mois sans tabac. Il s'agit de la neuvième hausse depuis la présidence d'Emmanuel Macron pour porter le prix moyen du paquet à 10 euros en 2020.

Lire : Quand la mort de Johnny devient un argument de santé publique

La hausse est payante : les ventes de cigarettes ont reculé de 4,22% en un an. 1,6 million de fumeurs quotidiens en moins entre 2016 et 2018. Vendredi 1er novembre : le Ministère des Solidarités et de la Santé et Santé publique France, en partenariat avec l’Assurance Maladie, donnent le coup d’envoi de la 4e édition de #MoisSansTabac. Selon les études de suivi de l'opération, arrêter le tabac lors de l’opération multiplie par 2 la réussite du sevrage tabagique à 1 an, par rapport aux taux de succès observés dans la littérature pour des tentatives d’arrêt sans aide extérieure.

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

 

Crédits photos : formatbrain.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée.Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Les hôpitaux toujours touchés par l’absentéisme ?

Éditorial de la 431ème La Drees a publié une étude sur l'absentéisme ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer