Accueil / [Re]vue de Web / Congrès de la Mutualité : pas de “grand tournant social” 

Congrès de la Mutualité : pas de “grand tournant social” 

Emmanuel Macron a présenté mercredi 13 juin à Montpellier sa politique sociale lors du congrès annuel de la Mutualité Française. Un discours attendu et préparé pour occuper le terrain médiatique. Mais peu d'annonces concrètes.

Le "pognon de dingue" des minima sociaux

C'est une vidéo officielle. Filmée et postée par la conseillère comm de l'Élysée, le clip a été repris par tous les médias. On y voit le président de la République briefer son staff pour son discours devant la Mutualité Française à Montpellier.

Lire : Minima sociaux : “pas question de faire des économies sur le dos des pauvres”

" On met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif On met un pognon de dingue dans les minima sociaux, les gens sont quand même pauvres. On n'en sort pas ! (...). Les gens qui naissent pauvres, ils restent pauves. Ceux qui tombent pauvres, ils restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s'en sortir. Il faut prévenir la pauvreté et responsabiliser les gens pour qu'ils sortent de la pauvreté."

"Et sur la santé, c’est pareil. Tout le système de soins que je veux repenser, c’est aller vers plus de prévention pour responsabiliser, y compris les acteurs de soins (…) C’est dans ce contexte-là qu’on fait le reste à charge zéro. (…) C’est une politique de responsabilité car tout le monde va au pot, (…) je demanderai des efforts aux mecs qui font des lunettes, aux types qui font des verres…"

Les réactions à ce "faux off" (envoyé à toute la presse pendant la nuit...) n'ont pas manqué. Ici ou  (6'30).

Congrès de la Mutualité : pas de "grand tournant social"

À l’occasion du 42e congrès de la Mutualité Française à Montpellier, Emmanuel Macron a prononcé un discours attendu sur sa politique sociale. Pas d'annonces sur l'hôpital. Et derrières les annonces, peu de détails concrets.

Pour Sébastien Laye dans le Figaro, "le discours de la Mutualité a curieusement réduit le champ social à sa portion congrue, à savoir quelques mesures techniques afférentes à la Sécurité Sociale. Comment peut-on parler de discours «stratégique» à propos de ces quelques mesures techniques, comme le reste à charge zéro dans l'optique, le dentaire et l'audioprothèse ?"

Extraits.

"Nous vivons dans un pays où la promesse républicaine est ainsi trop souvent déçue, parce que nous avons maintenu les droits formels sans nous soucier assez de faire qu'ils soient des droits réels pour chacun (...) Une société qui sécrète toujours plus d'inégalités de destin, de parcours, d'opportunités, une société qui exclut sans possibilité de recours des pans entiers de notre population, une société qui ne peut pas uniquement racheter cette faillite politique et morale par de la redistribution monétaire, forcément toujours insuffisante. (...) nous nous sommes, depuis des décennies, contentés des droits formels, de la redistribution strictement monétaire, oubliant les inégalités de destin, notre système aujourd'hui est plus inégal qu'il y a 30 ans (...) Ce qu'il nous faut faire, c'est réinvestir dans la personne, c'est accompagner davantage, c'est responsabiliser plus, et non pas considérer que la seule réponse, c'est l'argent de la collectivité pour des situations personnelles devenues impersonnelles. Il nous faut sortir sur tous ces sujets d'une logique de guichet pour une logique d'accompagnement."

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

" les acteurs doivent s'organiser en réseaux, décloisonner la médecine de ville et l'hôpital, garantissant aussi l'accès à cinq services au minimum, accès à un médecin traitant. Permanence des soins et accès aux soins non-programmés, continuité des soins, gradation des soins, dépistage et vaccination (...) L’Assurance maladie obligatoire participera au financement de la réforme, en doublant sa prise en charge sur les aides auditives pour les adultes d'ici 2022, mais aux côtés de l'assurance maladie obligatoire, les organismes complémentaires que vous représentez, se sont aussi engagés à prendre leur part dans la couverture de ce panier 100 % santé. Les contrats complémentaires santé responsables, qui assurent plus de 90 % des Français, devront obligatoirement couvrir ce panier. Et bien sûr, cette réforme ne saurait engendrer d'augmentation spécifique du coût d'acquisition d'une complémentaire santé pour les assurés, c'est l'engagement collectif que nous avons pris et il n'y a pas dans cette affaire, de marché de dupes. Et j'ai vu les polémiques naissantes, pas sur cet accord mais sur le passé, l'augmentation de certaines complémentaire, c'est l'engagement de la responsabilité collective des acteurs qui permet de maîtriser les coûts, ce que vous avez su faire dans plusieurs secteurs. C'est aussi la transparence complète, la concurrence sainement organisée qui permet d'éviter les pratiques dont les premières victimes sont nos concitoyens.(...) nous devons intervenir plus tôt, plus vite, plus massivement, c'est la meilleure façon de lutter contre les inégalités, et c'est ce que nous avons réussi, avec le reste à charge zéro ou le 100 % santé. La transformation profonde que nous avons entreprise, sera certainement présentée d'abord sous son aspect financier, il est réel et il est évident que permettre à tous ceux qui jusqu'ici ne pouvaient, pour des raisons monétaires, bénéficier des soins auditifs, dentaires ou optiques, c'est une conquête sociale essentielle, et c'est un investissement que j'assume, un investissement que nous allons partager ensemble, et qui va permettre de réduire ce reste à charge à zéro."

Crédits photos : Namelas Frade.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

Pauvreté et minima sociaux : vers une nouvelle donne ?

Le 15 avril dernier, Manuel Valls a dressé le bilan du plan ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer