Charivarivasi

Il y a longtemps que la députée européenne Michèle Rivasi n'avait pas fait de boucan sur les questions de santé. La revoilà, entraînant dans son sillage les inguérissables émeutiers des causes perdues : Philippe Even, Serge Rader, Jean-Sebastien Borde le président de Formindep,  trois histrions d'une "opération mains propres sur la santé" allant jusqu'à soupçonner, comme l'écrit Le Quotidien du Médecin du 6 janvier, la mise sous influence par de méchants labos de notre ministre de la santé.
On y trouve aussi, dans la liste figurant au bas de l'appel lancé par la députée, au milieu de l'intelligentsia de l'écologie politique (Cohn Bendit, Benhamias, Lepage...), Irène Frachon la pneumologue à l'origine de l'affaire Médiator.

Mains propres sur la santé ? Pas exactement car l'appel se concentre en réalité uniquement sur le médicament.
Première phrase : "pour en finir avec les conflits d'intérêts".
Deuxième phrase : "pour réaliser 10 milliards d'économie en révisant la politique du médicament".
Avec les 12 milliards proposés par les inspecteurs de l'IGAS et de l'IGF sur le dos des caisses (voir notre article ci-dessous : l'étatisation par les deux bouts), le déficit de l'assurance maladie deviendra un mauvais souvenir. Avec cette cohorte de bons samaritains, le bon peuple des assurés sociaux peut dormir tranquille car les "Monsieur Propre" de la santé veillent sur leur bonheur et mettent les voyous en prison.
Et l'auteure de l'appel de dénoncer la collusion, "depuis Claude Evin" de tous les ministres de la santé avec les firmes pharmaceutiques.

A lire les commentaires des lecteurs du Quotidien du Médecin, il se peut que quelques médecins, aujourd'hui en grève contre une loi de santé qui leur fait craindre le pire, reçoivent les propos du professeur Even au pied de la lettre. "Il faut mieux rémunérer les médecins pour qu'ils prescrivent moins" dit le pneumologue de 82 ans qui exerce toujours à Necker. Et de s'en remettre au législateur pour "réformer en profondeur la politique du médicament" et en même temps ... la liberté de prescrire.

À propos de Remy Fromentin

Cofondateur de La Lettre de Galilée en 2007, il a mené une carrière de dirigeant au sein de l'Assurance maladie jusqu'en 2002. Il est depuis cette date consultant international.Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

L’Assurance maladie veut économiser 2 Md€ en 2018

Dans un rapport provisoire des Charges et Produits pour 2018 que nous avons pu nous ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer