Archives de cet auteur: Remy Fromentin

Cofondateur de La Lettre de Galilée en 2007, il a mené une carrière de dirigeant au sein de l'Assurance maladie jusqu'en 2002. Il est depuis cette date consultant international.Voir tous ses articles.

[18 mois de cogitations sur la santé] Coopération entre professionnels et parcours de soins 4/6

Plusieurs rapports abordent la question de l’accès aux soins et les difficultés rencontrées par les patients dans leur parcours. Cependant les sujets se télescopent et parfois se contredisent.

Le thème de l’inégalité a pollué la réflexion sur la réelle accessibilité aux soins

La campagne électorale a faussé le débat en accordant une place démesurée au creusement des inégalités sociales. Car, de nombreuses études ont démontré que le système français remplissait plutôt bien son rôle.

Dans la frénésie des maisons de santé pluridisciplinaires, déclenchée dès octobre 2008 par la visite de Sarkozy de la MSP de Bletterans dans le Jura, une étude de la DREES d’octobre 2011 (DREES, Etudes et résultats, n° 764 Juin 2011) est passée quasiment inaperçue. Cette étude, chiffres à l’appui, montrait que 95% des Français étaient à moins de 15 minutes d’un médecin et que les distances en temps, depuis 20 ans, s’étaient même réduites.

Lire la suite…

[18 mois de cogitations sur la santé] L’hôpital reste une question centrale 5/6

La gestion de l’hôpital, son endettement, et donc sa responsabilité dans la dégradation des comptes publics, son rôle, sa place sur l’échiquier sanitaire, ont été les sujets les plus fréquemment abordés au cours des dix huit derniers mois.

Au-delà des envolées politiques, la question hospitalière reste un dénominateur commun aux préoccupations du moment

Résultat plutôt insipide, le rapport COUTY était très attendu. Commandé par la nouvelle ministre socialiste dans un contexte de surchauffe généré par les invectives de la FHF pendant la campagne électorale (et qui a provoqué quelques coups de crocs de la FHP parfois démesurés), le rapport a paru en février 2013 alors que la période était revenue plutôt à l’apaisement.

Lire la suite…

[18 mois de cogitations sur la santé] Quelles tendances ? 6/6

 

L’appréciation de la production intellectuelle sur les questions de santé depuis un an et demi permet de mesurer, comme nous l’avons esquissé en introduction, quatre grandes tendances sans pour autant que se dégagent des idées révolutionnaires :

Lire la suite…

L’irrépressible évolution de la responsabilité médicale

La Lettre de Galilée Jacques Lucas, vice-président du Conseil national de l’Ordre des médecins, fait le point sur la responsabilité médicale dans le cadre de l’évolution de la médecine de première ligne attendue dans les dix ans à venir,  de l’évolution économique et sociologique profonde qui va conduire à partager les informations, les patients et les honoraires, et de la télémédecine. Entretien réalisé le 22 juin 2010.

Les problèmes de la médecine de proximité agitent beaucoup le monde de la santé. Après le rapport Vallancien puis, plus récemment, le rapport Legmann, le président de la République vient de charger Élisabeth Hubert de faire des propositions pour l’automne. D’une manière générale, comment concevez-vous la médecine de première ligne dans les dix ans à venir, compte tenu des changements importants constatés dans la façon que les jeunes générations de médecins ont d’envisager leur métier ?

Je pense qu’effectivement les jeunes générations de médecins ne souhaitent pas emprunter la voie de leurs aînés pour exercer leur art. Néanmoins, il me semble que cette attitude n’est pas spécifique à la médecine, et il est totalement vain de s’en désoler. Elle est rémanente et, après des périodes de grande stabilité, cette attitude de rupture avec les anciens modèles est généralement liée aux progrès technologiques.

Lire la suite…

[Interview de Guy Vallancien] Recommandations pour un nouveau cadre

Depuis la parution de votre rapport élaboré en collaboration avec le sénateur Jean-Marc Juilhard, Bérengère Crochemore, interne en médecine générale et Annick Touba, infirmière, on parle beaucoup des MSP. Cet emballement peut révéler un effet d’aubaine ou un effet de mode ou encore un effet placebo pour apaiser une médecine de proximité assurément en crise. N’en parle-t-on pas trop ?

Guy VALLANCIEN : On ne parle jamais suffisamment de l’avenir. Pour que les esprits mûrissent, il faut pourtant oser dire les choses sans détour et parler de la façon dont les médecins exerceront demain.

En France, nous vivons sur des traditions qui se transforment en dogmes. La médecine « libérale » n’existe plus, Les derniers libéraux sont les architectes, les avocats et les artisants. La médecine est subventionnée par la collectivité publique. Et les pouvoirs publics ont la légitimité pour porter un regard sur la répartition et le mode de rémunération des médecins. Est à dire que je ne puisse pas exercer une médecine libre ? Non. Les hospitaliers qui sont salariés ont la liberté de leur action. Lire la suite…

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer