Archives de cet auteur: L'équipe Galilée

Depuis 2007, la Lettre de Galilée propose une analyse critique et indépendante de l'actualité de santé en France.

La vaccination plébiscitée ?

A l’occasion de la semaine européenne de la vaccination, du 20 au 25 avril, une large communication sur les vertus de la vaccination est prévue. Le Baromètre santé 2014 de l’Inpes révèle ainsi que 79% des 18-75 ans sont favorables à la vaccination, alors qu’ils étaient 61% en 2010. Malmenée et peu aimée par l’opinion publique, la vaccination a pourtant même reculé en France. Dans un communiqué de presse, la Ministre « salue la progression de l’adhésion des Français à la vaccination » et se félicite de « son engagement résolu en faveur d’une amélioration de la couverture vaccinale en France » grâce notamment au « programme national d’amélioration de la politique vaccinale« , de la « simplification et de la clarification du calendrier vaccinal » ainsi que de la « loi de modernisation de notre système de santé (suite…)

35 députés présents pour voter le tiers-payant

Le tiers-payant, contre lequel 50 000 professionnels de santé sont descendus dans la rue a été adopté en première lecture devant… 35 députés. Selon le détail du vote sur le site de l’Assemblée Nationale, 23 ont voté pour et 12 contre ce fameux article 18. Sur 577 élus. Une absence bien remarquée… Les 19 députés socialistes qui ont voté pour sont Alexis Bachelay, Marie-Arlette Carlotti, Fanélie Carrey-Conte, Martine Carrillon-Couvreur, Marie-Anne Chapdelaine, Michèle Delaunay, Guy Delcourt, Marie-Hélène Fabre, Hélène Geoffroy, Michel Issindou, Bernadette Laclais, Catherine Lemorton, Martine Martinel, Monique Orphé, Martine Pinville, Denys Robiliard, Gérard Sebaoun, Suzanne Tallard, Catherine Troallic. Seulement 9 députés de droite étaient présents et ont voté contre; il s’agissait d’Elie Aboud, Julien Aubert, Dino Cinieri, Bernard Debré, Jean-Pierre Door, Guillaume Larrivé, Gilles Lurton, Fernand Siré, Dominique Tian. Mais que faisaient (suite…)

3 milliards d’euro de coupes budgétaires pour les hôpitaux

Après avoir annoncé un plan de soutien doublé pour les hôpitaux endettés et liés par des emprunts structurés indexés sur la devise helvétique, Marisol Touraine a présenté à huis clos la feuille de route des économies prévues pour les hôpitaux. Dans cette note confidentielle que Challenges s’est procurée 3 milliards d’euro d’économies sont prévues dont 860 millions de « maîtrise de la masse salariale« , soit 22 000 postes sur 3 ans (2% des effectifs de la fonction publique hospitalière). Selon le ministère de la Santé, « ces économies doivent s’entendre non pas comme une réduction des dépenses, mais comme une évolution maîtrisée de l’augmentation des dépenses ». L’emploi représente 70% des coûts et cette proportion est grandissante en raison du « glissement technicité vieillesse » qui permet mécaniquement aux fonctionnaires une revalorisation automatique de leurs (suite…)

Bis repetita placent

Éditorial de la 300 Juste au moment où le Gouvernement vient discrètement d’enterrer son emblématique taxe à 75% sur les rémunérations supérieures au million d’euro, voilà qu’on annonce un bonus d’arrivée d’Olivier Brandicourt à la direction générale de Sanofi de 4 millions d’euro. Même si l’État en récupèrera la moitié au final, l’annonce fait désordre. Valls, entre deux vaches du salon de l’agriculture, droit dans ses bottes, crottées pour la circonstance, ne se félicite pas de voir revenir en France un patron français pour diriger un groupe mondial et juge la prime « indécente« . Un cadeau pourtant dans la norme, légèrement au-dessus qui révèle les difficultés pour trouver un nouveau patron. Pascal Soriot avait touché une somme quasiment équivalente chez AstraZeneca 1,35 million d’euro de bonus d’arrivée en plus de son salaire fixe de 1,49 (suite…)

Le lobby des cigarettiers met à mal la politique anti-tabac

Dans l’indifférence générale, un amendement proposé par le secrétaire d’État au budget, Christian Eckert, en décembre dernier, modifie la fiscalité du prix du paquet de cigarettes. Initialement prévu pour soutenir l’économie des buralistes, au final, cette nouvelle fiscalité bénéficie aux cigarettiers. Lire : Plan anti-tabac : l'enfumage de Marisol Touraine Auparavant, le mécanisme fiscal consistait chaque année à augmenter automatiquement le prix  du paquet de cigarettes de 20 à 30 centimes. C’est vrai que le calcul de l’augmentation était complexe et peu lisible. Du coup, le Gouvernement souhaitait « fixer strictement le même niveau de fiscalité en 2015 qu’en 2014. » C’est maintenant chose faite puisque l’amendement modifiant le calcul de la fiscalité des produits du tabac a été voté (par 7 députés) : selon le Figaro, « pour la première fois depuis (suite…)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer