Agnès Buzyn : J’accuse !

Éditorial de la 464ème

Il est des petites phrases anodines qui marquent les esprits. Est-ce par naïveté ou par calcul que la Ministre de la Santé a tancé vertement les mutuelles ? Guillaume Erner, sur France Culture, jeudi matin, interroge Agnès Buzyn (16:58) sur la réforme du reste à charge 0 (RAC 0), promesse électorale d'Emmanuel Macron, et l'augmentation des cotisations des mutuelles, évoquant un "jeu à somme nulle" si tous les Français finalement payent cette mesure de gratuité au travers de l'inflation des prix des mutuelles.

Lire : Les mutuelles sur le gril

La Ministre répond agacée : "Je vais être très franche : j'appelle ça un sabotage politique. Et je vais le dire aux mutuelles. Parce que nous avons négocié pendant 6 mois. Nous avions trouvé un accord. L'investissement qui leur était demandé pour mettre en œuvre cette réforme est modeste par rapport à leurs frais de gestion et à leur chiffre d'affaires.La grande partie de cette réforme est prise en charge par l'assurance maladie. (...) Il était convenu qu'il n'y ait pas d'augmentation de prix liée au reste à charge 0." Interrogée sur les moyens de coercition dont elle disposait elle a botté en touche en concluant : "Il est hors de question aujourd'hui que les mutuelles profitent d'une réforme à laquelle elles ont participé, qui a été négociée, qui a été signée entre tous les partenaires, pour augmenter leurs prix. Je ne le tolérerai pas."

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

La réforme du reste à charge 0 est évaluée à environ 1 Md€; elle sera portée à 75% par l'Assurance maladie. Le reste par les mutuelles, soit 250M€ sur 3 ans. Une goutte d'eau pour les complémentaires santé qui enregistrent plus de 30Md€ de chiffre d'affaires annuel. C'est certainement pour cette raison que la Ministre évoque un sabotage politique. C'est possiblement un message politique que certaines mutuelles qui ne jouent pas le jeu enverraient à leurs assurés. En tous cas, c'est ce qu'affirme Agnès Buzyn. La Ministre stratégiquement est obligée de renvoyer la balle en accusant les mutuelles pour éviter que les Français accusent sa politique. À chacun son amalgame...

Lire : La tentation mutualiste

Mais de quels moyens dispose le Gouvernement pour réguler le marché ? À part faire les gros yeux pendant les réunions, peu de chose.

Lire : Qare au gorille !

D'un autre côté, les mutuelles sont forcées à la schizophrénie : ce sont des organismes non lucratifs mais plongés depuis 2013 dans un environnement fortement concurrentiel avec la fin des clauses de désignation. Alors demander de faire de la politique à des mutuelles qui sont sensées faire du business, c'est angélique. Mais derrière tout cela, peut-être que la phrase de la Ministre est calculée sciemment pour justement réclamer une transparence totale sur les dépenses des mutuelles. Voire de fixer les prix ?

Crédits photos : Russ Allison Loar

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Plan Priorité Prévention : le Gouvernement présente ses 25 mesures phares

Éditorial de la 445ème La prévention a toujours été une arlésienne des ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer