Accueil / Les éditos des différentes Lettres de Galilée / Agnès Buzyn : “construire un État plus efficace, plus proche des attentes des citoyens, recentré sur ses missions principales”

Agnès Buzyn : “construire un État plus efficace, plus proche des attentes des citoyens, recentré sur ses missions principales”

Éditorial de la 465ème

L'ivresse de Noël, avec sa godaille et sa ribote, n'aura pas suffit à étouffer l'amertume qui pousse les gilets jaunes à manifester. Au contraire, le Réveillon est placé sous haute surveillance, car même si le mouvement s'essouffle, il se radicalise d'autant. Le Peuple se tait mais reste toujours malade. La jaunisse qui a contaminé les ronds points, comme autant de boutons d'irritation sur le visage de la France, révèle ces territoires délaissés, abandonnés.

Ces territoires où les trains ne vont plus, faute de petites gares, où les gendarmeries, les bureaux de Poste, les maternités sont fermés. Et cette France du vide effraie le pouvoir.

Après le printemps arabe, voilà un hiver bien français. On a frôlé l'intervention de l'ONU...

Lire : Démographie médicale : la fracture territoriale des “gilets jaunes”

Alors que les brouillards des lacrymogènes se sont à peine dissipés, est-ce bien opportun de tirer le bilan de cette année 2018 dans le domaine de la santé ? Une année qui, au 1er janvier déjà, avait germé sur un terreau de contestations avec l'extension de l'obligation vaccinale. Onze vaccins obligatoires, au lieu des 3 historiques, diphtérie, tétanos et poliomyélite (DTP), pour les enfants de moins de 2 ans.

Lire : La vaccination et ses résistances

Sur le plan politique aussi, la contestation par les cheminots de la réforme visant à supprimer les régimes spéciaux avait également plongé Emmanuel Macron et son Gouvernement dans une forte tourmente sociale en bloquant la France.

La présentation de la politique de santé et les travaux de concertation en mars n'ont pas clairement bouleversé le paysage du monde de la santé. Mis à part le remboursement des substituts nicotiniques (une idée proposée par Xavier Bertrand en 2007), l’annonce de la généralisation de la vaccination contre la grippe par les pharmaciens volontaires, la mise en place des infirmières en pratique avancée (IPA) ou des assistants médicaux, on observe une plate continuité avec les engagements pris par Marisol Touraine, la précédente locataire de Ségur. Le grand plan Ma Santé 2022 présenté en septembre, à part quelques encourageantes bouffées d'air frais, relève plus d'une série de sparadraps qui empêcheront difficilement l'hémorragie (tout ou plus la cacheront provisoirement). Las ! Pas de réforme d'ensemble en vue.  En santé, les réformes semblent osciller entre psittacisme et amnésie. Tout l'art est de bien communiquer, en bon pédagogue. Malgré quelques couacs, notamment sur le vin face aux lobbies de l'alcool.

Lire : PLFSS 2019 : adoption dans la tourmente

Ensuite, le crédit dont bénéficiait Agnès Buzyn auprès des professionnels de santé s'est progressivement érodé. La Ministre a su taper du poing sur la table, notamment à propos des médicaments dits anti-Alzheimer, que la HAS estimait "plus nocifs que bénéfiques" pour les patients,  en maintenant sa décision de les dérembourser au 1er août. Plus récemment, elle est restée sur ses convictions concernant la réforme des plafonds de rémunération des médecins intérimaires.

Mais la Ministre a pu faire preuve aussi de paroles plus sibyllines à propos de l'homéopathie dont on aurait pu croire que le déremboursement aurait sauté dans la foulée. De naïveté ou de calcul politique, certainement aussi, concernant la hausse des tarifs de cotisation des mutuelles liée (ou non) à la réforme du tiers-payant.

Lire : #FakeMed : les “médecines parallèles” en question

Enfin, d'autres petites phrases ont réussi à crisper un monde hospitalier déjà en souffrance. "J’en ai assez du discours catastrophiste sur l’hôpital" se confie-t-elle à Libé voulant minimiser les événements rapportés par les médias, notamment dans les EHPAD. Face aux infirmières également dont les négociations professionnelles n'ont que partiellement abouti. Bref. Une année 2018 en pointillés où beaucoup de chantiers ont été ouverts, créant autant d'attentes que de contestations, et qui seront poursuivis encore en 2019. Pour l'instant, la Ministre a perdu son aura. Dans un entretien au Journal du Dimanche, Agnès Buzyn se confie "Emmanuel Macron est arrivé au pouvoir avec le sentiment d’une fracture sociale, d’un pays malade. Et c’est très douloureux de se rendre compte que l’on n’a pas réussi à l’apaiser, que les violences verbales et physiques se sont au contraire répandues".

Le paradoxe du macronisme, c'est parvenir à poser un constat très lucide sur les problèmes de la France. Mais "en même temps" être incapable ou empêché de le régler concrètement. Autour de Jupiter, toujours un problème d'alignement des astres.

Crédits photos : Simon Cast

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

EHPAD : une étude révèle des difficultés de recrutement toujours importantes

Éditorial de la 454ème Jeudi dernier, la Direction de la recherche, des ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer