La Lettre de Galilée

Des ours dans le désert

Mardi 17 février

En décalant l’examen de son projet de loi, Marisol Touraine se laisse "un peu de mou", comme le note Le Quotidien du Médecin, pour jauger de la mobilisation des professionnels de santé qui appellent à la grève le 15 mars prochain. L’Express n’hésite pas à dépeindre une ministre "sourde et dogmatique", "extrêmement ferme" sur ses positions, qui a "agrégé les mécontentements" d’une base votant historiquement à droite. "Isolée et sans alliée", les erreurs tactiques laissent penser à un "suicide"…

Deux ans après le lancement du Pacte Territoire Santé, le député UMP du Rhône, Patrice Verchère, a demandé, lors des questions orales à l’Assemblée, un bilan de ces mesures . La secrétaire d’État chargée des droits des femmes, Pascale Boistard, s’est collée à cette périlleuse tache… Premier argument, infaillible : "les politiques menées jusque-là ont échoué, car elles se sont appuyées sur des dispositifs isolés, ponctuels, sans cohérence d’ensemble (…) Le bilan à deux ans du pacte confirme bien qu’une nouvelle dynamique est lancée". Alors qu’elle est-elle ? "L’élargissement du contrat d’engagement de service public aux étudiants en odontologie". Issu de la loi HPST (art.46), le CESP permet aux étudiants de bénéficier d’une bourse d’étude "en contrepartie d’une installation en zone démédicalisée". Ainsi, "parmi les 859 contrats engagés depuis la création du dispositif, 311 ont été signés sur la campagne 2013 à 2014, dont 255 en médecine, soit une hausse de 36 % par rapport à la campagne 2012, et 56 en odontologie." Grosso modo, la nouveauté, c’est les 56 étudiants en odontologie (6,5% des bourses signées)… Bof.

Côté praticiens territoriaux de médecine générale, troisième engagement du pacte : 180 contrats signés fin 2013, 170 fin 2014… Pas beaucoup à l’échelle de la France pour lutter contre la désertification médicale, d’autant que ce contrat est souvent choisi par des femmes pour pouvoir bénéficier d’un congé maternité… Le nombre de MSP augmente depuis le coup d’envoi par Sarko… mais cela ne correspond-il pas plutôt à l’évolution des pratiques de l’exercice médical ?

"C’est dans la durée que nous mesurerons la portée de nos efforts", termine la secrétaire d'État. Ça c’est sûr.

Et pourtant la désertification médicale est dans toutes les conversations. Y compris au cinéma avec un remake en ce moment à l’affiche : Didier Bourdon, dans le rôle de l’édile cherchant à attirer par tous les moyens dans son village des Hautes-Pyrénées un médecin généraliste, interprété par Lorànt Deutsch. Hélas, le scénario peut faire sourire mais de plus en plus d’élus pourraient se reconnaître dans cette situation… rêvant de fin de liberté d’installation et de quotas pour les déserts médicaux.

Comme l’ours des Pyrénées, le médecin généraliste serait en voie de disparition. La ministre se charge de le réintroduire… comme les 24 ours pyrénéens venus d’Europe de l'Est.

VF

---
une solution pour les urgences et les déserts médicaux ?
---
---
La Lettre de Galilée

Données de santé : l'irrésistible aspiration de l’État

A l'approche du débat sur la loi de santé, trois documents devraient accrocher l'intérêt de nos honorables parlementaires sur l'utilisation de nos données de santé : la note de réflexion de Jean-Yves Robin, l'ancien directeur de l'ASIP, le rapport coordonné par Jacques Lucas vice-président du CNOM, le rapport remis au gouvernement par Philippe Lemoine en novembre dernier. Les trois réclament un renforcement de l’État. Mais le bénéfice-risque d'un renforcement des pouvoirs publics n'est-il pas défavorable ?

Lire la suite.

---
La Lettre de Galilée

"Bouffer du malade"...

par le Dr Jean Halligon

Faut-il que l’exaspération des médecins hospitaliers publics soit à son comble pour qu’un de nos collègues, responsable syndical de surcroît, utilise une telle expression…

Lire la suite.

---
La lettre de Galilée
---
La Lettre de Galilée
---
La lettre de Galilée
---
La Lettre de Galilée
---
La lettre de Galilée
---