---

# L'édito de Vincent Fromentin

 

Funambules et équilibristes

C'est une unité artificielle qu'a obtenu le parti socialiste réuni à Poitiers durant trois jours. Un numéro d'équilibristes où les "postures" lénifiantes ont eu raison des frondeurs et des dissidences. Un exercice acrobatique certainement réussi de synthèse qui a permis de réellement ouvrir une deuxième étape dans le quinquennat de François Hollande.

Mais c'est à un tout autre numéro de funambule auquel s'est livrée Marisol Touraine après la publication  des comptes de la sécurité sociale. La Ministre s'est félicitée qu'en raison des "grands chantiers" ouverts depuis 3 ans, "le déficit de 2014 du régime général s'établisse 2 Md€ en-deçà des prévisions de l’automne dernier, au plus bas depuis 2008". La Drees a publié la semaine dernière une étude européenne qui corroborait cette tendance.

Autre publication cette semaine, mercredi prochain sera adoptée la publication annuelle du Conseil d'Orientation des Retraites (COR). Comme le révèle Solveig Godeluck des Échos, dans les 5 scénarios proposés par le COR, les régimes de retraite seront à l'équilibre à l'horizon 2030, sous réserve que le chômage baisse... D'ici-là, il faudra consacrer encore 0,4 % du PIB en 2019 et 2020 pour financer les retraites, soit près de 10 Md€. Mais les réformes des différents gouvernements n'y font rien; le déséquilibre perdure. Et si le ciel semble se dégager selon les projections du COR, c'est sous réserve que la croissance des revenus d’activité dépasse durablement 1,5 % par an et que le chômage s'améliore.

On ne comptera plus que 1,4 cotisant pour un retraité à la fin des années 2040. Comme le souligne Marisol Touraine dans son discours, "l'occasion pour nous de démontrer que la sécurité sociale est en mouvement permanent, qu’elle est un lieu de modernisation exemplaire des services publics."

 

Laissez vos commentaires !

VF

---
Likez notre page FB !

Vous aimez La Lettre de Galilée ? Dites-le nous ! 

Rendez-vous sur notre toute nouvelle page Facebook !

https://www.facebook.com/LaLettredeGalilee

---
La Lettre de Galilée

La pauvreté dans les villes : des disparités préoccupantes

Les récentes publications de l’INSEE sur la pauvreté des métropoles françaises interroge notre modèle social. Dans les centres-villes français, le taux de pauvreté avoisine les 20% de la population alors même que les revenus y sont constitués quasiment pour moitié par des prestations sociales. En temps de crise, malgré l’embellie annoncée, la pression exercée sur les dépenses publiques risque d’exacerber davantage encore ces fractures. Une réduction du poids des dépenses publiques et sociales et le tarissement des canaux redistributifs traditionnels provoqueraient un danger menaçant le modèle de cohésion sociale français, particulièrement dans les centres de nos métropoles.

Lire la suite

---

Relisez aussi :

La Lettre de Galilée

Piketty, Pisani et le Pape

Les dernières publications de l'INSEE le confirment : les inégalités augmentent. Les riches sont plus riches, les pauvres plus pauvres : ainsi, les 40% plus modestes ont un niveau de vie qui a diminué entre -0,2% et -0,8% et les 40% plus riches ont connu une augmentation de leur niveau de vie entre +0,1% et +0,8%. Et la proportion des plus pauvres s'est accrue avec un taux de pauvreté à 14,3% (+0,3 point).  

Lire la suite.

---
La Lettre de Galilée

Santé à deux vitesses : la France coupée en deux ?

Le spectre de la "désertification médicale" -le sujet tarte-à-la-crème du JT de 13h- plane sur nos campagnes françaises, au profit d'une métropolisation concentrant l'essentiel de l'offre de soins. Deux études reviennent sur cette opposition entre des métropoles dynamiques et une France "périphérique", enclavée et sinistrée. La première est une note, intitulée La nouvelle question territoriale, issue des travaux de Laurent Davezies et Thierry Pech du think-tank Terra Nova. L'autre est un livre, paru également à la rentrée dernière, La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires, de Christophe Guilluy. Les deux travaux, par des chemins différents, proposent une vision, très binaire, très parisienne (et donc partielle !) des dynamiques territoriales françaises. A l'heure où les réformes territoriales redessinent les frontières politiques et culturelles des collectivités territoriales, les auteurs amènent de l'eau au moulin d'une France coupée en deux et d'une santé à deux vitesses. 

Lire la suite.

---
La Lettre de Galilée
---
La Lettre de Galilée
---
La Lettre de Galilée
---
La Lettre de Galilée
---
La Lettre de Galilée