La Lettre de Galilée

La femme de marbre

Mardi 24 mars

Alors que le projet de loi de santé de Marisol Touraine est en ce moment examiné par la Commission des Affaires Sociales de l'Assemblée nationale, Manuel Valls a reçu une délégation de professionnels de santé qui ont défilé la semaine dernière. L'occasion pour le Premier Ministre de voler au secours de notre Ministre de la Santé en nous rappelant son "soutien absolu à Marisol Touraine, et sa solidarité à son égard, suite aux attaques dont elle a été l’objet". Confirmant la mise en place d'une Grande conférence de la santé en "automne ou en 2016", le Premier Ministre a rappelé qu'il n'y aura pas de délais supplémentaires ou de retrait de la loi et que le tiers-payant sera mis en place. Il a par ailleurs proposé de "un point d'étape après la première lecture à l'Assemblée nationale".

Garder le cap sans froisser les susceptibilités (électorales ?) des médecins regimbant reste un numéro d'équilibriste délicat. Pour certains, le désir de simplifier le mécanisme de tiers-payant pour rassurer les professionnels sur les délais de paiement a conduit à proposer un amendement gouvernemental (adopté) faisant de l'assurance-maladie l'unique payeur. Oubliant les organismes complémentaires, qui, du coup, boudent un tiers-payant dont ils avaient été les premiers thuriféraires... Etienne Caniard, le patron de la mutualité Française, interviewé dans Libé, ne décolère pas : "C’est une fausse simplification qui répond apparemment à un seul souci, celui de satisfaire les médecins. Et cela, alors que les médecins rejettent le tiers-payant, non pas pour des raisons techniques, mais pour des raisons bien plus profondes qui ont à voir avec le malaise de leur profession. Vouloir, dans ces conditions, rallier les médecins à tout prix, n’est pas le gage de la réussite."

Autre sujet polémique, un amendement déposé (et adopté) par la député PS Catherine Coutelle pour supprimer le délai de réflexion d'une semaine pour les femmes souhaitant avorter. La Ministre avait pourtant tenté de l'empêcher pour éviter une nouvelle polémique avec le corps médical. C'est cette même député qui avait souhaité supprimer la clause de conscience permettant aux médecins de refuser de pratiquer l'avortement. La Ministre avait émis "un avis résolument défavorable" pour ne pas "ranimer de débat éminemment symbolique dans un contexte de tensions sur un certain nombre de sujets de société". 

On peut s'interroger si finalement derrière le vernis d'une loi pour tous, idéologique et se voulant universelle, le numéro d'équilibriste ne viserait-il pas finalement à courtiser les dogmatismes et conservatismes de certains ? Mais après le décrochage du PS aux départementales, on ne comprendrait pas pourquoi Marisol Touraine chercherait obstinément à faire voter les médecins à gauche...

 

Laissez vos commentaires !

VF

---
Vous exercez une profession libérale ? Bénéficiez d'avantages exclusifs pour vous abonner à la Lettre de Galilée !
---
La Lettre de Galilée

Le marché pharmaceutique français en baisse pour la 3ème année consécutive

L'économiste en santé Claude Le Pen a présenté cette semaine les tendances du marché pharmaceutique. Mais, pour la 3ème année consécutive, le marché français est en baisse (-0,3%) : pour la médecine de ville les valeurs sont même en baisse de -1,8%. Côté hospitalier, le Sovaldi a dopé le marché de +10%. Sans ce médicament coûteux, le marché hospitalier est "plat". Deux raisons avancées par l'économiste : les baisses de prix imposées par le Gouvernement et la diminution des prescriptions des médecins libéraux.

---
La Lettre de Galilée
---
La Lettre de Galilée
---
La Lettre de Galilée
---
Mourir à l'hôpital est-il un échec ?
---
La Lettre de Galilée

#5 Trois milliards de coupes budgétaires pour les hôpitaux