Accueil / Les éditos des différentes Lettres de Galilée / Une rentrée politique explosive

Une rentrée politique explosive

Éditorial de la 419ème

C'est la rentrée. Fini les vacances en Méditerranée. Le séminaire de rentrée est prévu le 24 août prochain. "Voici que la saison décline, l’ombre grandit, l’azur décroît" clamait Victor Hugo.

Pour certains nouveaux élus, deux semaines de répit mises à profit pour potasser : un cahier de vacances ludique a même été proposé par le mouvement En Marche. Christophe Castaner a prévenu : "Certains ont des difficultés, ils vont passer l’été à réviser". Au programme pour les plus novices : la lecture de la Constitution dans le texte, des règlements de l'Assemblée, etc.

Certes un peu plus lourd à prendre dans les valises qu'un simple cahier de vacances...

Car les déconvenues et les hésitations des députés LREM qui ont émaillé le début de l'été ont suscité une volée de bois vert de la part de l'opposition qui n'a pas manqué d'instruire un procès en amateurisme. Ce "groupe qui dort, qui ne sait pas monter au créneau, qui est vautré sur une chaise longue" exaspérant même parfois ses propres rangs... Dernier cafouillage en date, celui de Carole Bureau-Bonnard, vice-présidente de l'Assemblée nationale, dépassée par les événements et remplacée au pied-levé par François de Rugy.

Cent jours à peine et la machine est en surchauffe. Le Monde revient sur le décret du 19 mai qui limite les membres d'un cabinet ministériel à dix, d'un cabinet d'un ministre délégué à huit et celui d'un secrétaire d'Etat à cinq. Conséquences : certains ministères sont en surchauffe. "A peine trois semaines après l’installation du nouveau gouvernement, une conseillère du ministre de l’économie Bruno Le Maire a fait un burn-out et quitté le ministère. La jeune femme ayant été discrètement remplacée, l’affaire est restée confidentielle" indique le quotidien.

C'est le cas à Bercy, au Quai d’Orsay, à Beauvau ou avenue Duquesne. Le portefeuille de la santé rassemble les personnes âgées, la famille, l’enfance, les handicapés et les retraites. Une charge de travail "colossale" indique Roselyne Bachelot interrogée dans ses colonnes.

Le Parisien revient sur la promesse du candidat Emmanuel Macron de rembourser à 100 % les soins dentaires, l'optique et l'audioprothèses et pose la question : "qui va payer les 4,5 Mds€ que coûtera la mesure ? C'est l'un des devoirs de vacances du ministère de la Santé. Le cabinet de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, planche dessus."

Un exercice délicat où la ministre va devoir manoeuvrer d'un côté avec les professionnels de santé, notamment les dentistes avec lesquels elle a annoncé la reprise des négociations conventionnelles, pour les convaincre d'endosser les 2,4 Mds€ de reste à charge dentaires. De l'autre, les complémentaires santé qui devront supporter les soins hors du panier défini, sans hausse de cotisation.

Une alchimie délicate qui peut vite devenir explosive. Espérons que notre Ministre ait mis à profit son séjour en Corse...

Et si, en plus, Brigitte Macron s'en mêle !

Crédits photos : wikipedia.

 

 

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée.

Voir tous ses articles.

x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Richard Ferrand, la prescription et les déserts médicaux

Éditorial de la 427ème Affaire classée sans suite. Dans son commmuniqué publié vendredi ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer