Un pas de côté

Éditorial de la 355

Quand l'idéologie s'échine à rentrer dans le lit de Procuste de la bureaucratie,  cela donne ce genre d'arrêté publié le 22 mars dernier sur le cahier des charges des "salles de shoot" : l'usager peut "consommer des produits illicites ou des médicaments détournés de leur usage" mais en revanche il est rappelé qu'il y est strictement "interdit de consommer du tabac à l'intérieur des locaux. (...) La consommation de tabac aux abords des locaux ne doit pas être une source de nuisance pour les riverains." Autre anomalie administrative : le tabagisme dans les lycées. Sous couvert d'une circulaire pour renforcer la sécurité des établissements, certains proviseurs choisissent le moindre mal en privilégiant de ménager des zones fumeurs au sein même de leur établissement. On marche sur la tête...

Malgré la ferme condamnation du Ministère de la Santé, l'émission Les Recettes Pompettes, prochainement diffusée sur le Web, où les invités sont amenés à préparer une recette de cuisine en buvant force alcool, sera programmée. "Le ministère des Affaires sociales et de la Santé a demandé au producteur de l’émission de retirer la bande annonce et de renoncer à l’émission. Le ministère étudie par ailleurs les différentes voies de recours". En vain. La première émission, avec Stéphane Bern comme invité, sera bien diffusée demain, ont rassuré les producteurs sur la page Facebook de l'émission. Mais quelle légitimité aurait le Ministère de la Santé après avoir laissé voter une loi de santé détricotée favorisant la publicité officielle de l'alcool et l'apologie de l'oenotourisme ? On ne sait plus qui ne marche pas droit...

Lire : L'alcoolisme chez les jeunes, un phénomène préoccupant.

L'occasion de revoir l'émission Blow Up, diffusée sur Arte, intitulée Alcools et Cinéma, qui rappelle avec talent la rencontre de l'alcool et du 7ème Art.

Comme le note Éric Le Boucher dans Les Échos, l'État pèse 57% du PIB. Il est un acteur incontournable. "Il couvre tous les domaines. Il s'occupe de tout. Pas un citoyen qui n'est payé, ou subventionné ou remboursé d'une façon ou d'une autre par l'Etat et ses extensions. Cet Etat si central est en décomposition avancée. (...) Atrophie et médiocratisation généralisées. Sauve-qui-peut. Gouverner a pris un sens négatif : éviter les écueils." Face à une "paralysie stratégique", la France marche à côté de ses pompes. Et le monde semble s'en réjouir. Pour preuve : à propos de marche justement, François Hollande a proposé, pour lutter contre la sédentarité et l'obésité, de marcher 6 000 pas. Emmanuel Macron l'a pris au mot : il a annoncé la création de son parti, baptisé "En Marche", et a appelé ses adhérents à effectuer "une grande marche à travers toute la France" pour faire du porte-à-porte. Rien ne sert de courir...

Lire : La santé en panne d'innovation ?

En relevant tous ces non-sens dans l'actualité de la santé en France, on peut s'interroger. Idéologie ou lobby ? Zemmour dans le Suicide Français aurait presque raison quand il annonce que le "pouvoir a troqué la police traditionnelle contre des moyens bureaucratiques et médicaux; l'alliance redoutable de l'expert et du communicant. (...) Toute contestation est impossible, d'avance disqualifiée. Personne ne peut être contre la santé. (...) La transparence a remplacé la transcendance." Allez, faisons un pas de côté !

Crédits photos : Môsieur J [version 9.1]

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée.

Voir tous ses articles.

x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

[Re]vue de Web : Quand Marisol Touraine fait un tabac

Retour sur une semaine d'actualités qui, encore une fois, malmènent la politique ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer