Tribune

Les leçons d’une crise inédite : Peut-on parler d’une impéritie de l’État ? (2/3)

La Lettre de GaliléeLes pays sont-ils tous égaux face à la pandémie de COVID-19 ? Peut-on dresser une typologie des systèmes de santé en fonction des premières données épidémiologiques disponibles ? C’est à cet exercice que se prête Rémy Fromentin, consultant international et fondateur de La Lettre de Galilée, dans une analyse dont il nous livre aujourd’hui le deuxième volet.

Lire le premier volet : Existe-t-il un modèle de santé efficace ? (1/3)

Lire la suite…

Les leçons d’une crise inédite : existe-t-il un modèle de santé efficace ? (1/3)

La Lettre de GaliléeLes pays sont-ils tous égaux face à la pandémie de COVID-19 ? Peut-on dresser une typologie des systèmes de santé en fonction des premières données épidémiologiques disponibles ? C’est à cet exercice que se prête Rémy Fromentin, consultant international et fondateur de La Lettre de Galilée, dans une analyse dont il nous livre aujourd’hui le premier volet.

Lire le deuxième volet :  Peut-on parler d’une impéritie de l’État ? 

 

Les résultats épidémiologiques et de mortalité publiés par l’OMS tout au long de cette crise sanitaire, si tant est qu’ils fussent validés par les instituts les plus sérieux de l’expertise statistique, montrent d’étonnantes disparités. Laissons de côté les données issues de pays dans lesquels l’infrastructure sanitaire est d’une telle pauvreté qu’il est impossible de dénombrer quoi que ce soit ; passons aussi sur les pays dans lesquels le mensonge d’État est érigé en principe avancé de géopolitique (voir à ce sujet le rapport de la commissaire européenne Vera Jourova qui pointe la Chine, Poutine et Donald Trump comme champions de la désinformation)

La question ici est de savoir si le modèle de santé mis en place par les pays touchés par la pandémie y est ou non pour quelque chose. Plus précisément, si l’organisation, la gouvernance, le rôle de l’État ont eu une influence sur les résultats observés.

Lire la suite…

Pourquoi on ne peut toujours pas dire combien de français ont été atteints par le COVID-19

Le Dr. Philippe Sopena revient sur les chiffres publiés hier par l’Institut Pasteur et repris en boucle par les médias. Moins de 6% de la population serait infectée par le virus COVID-19 le 11 mai prochain. Une estimation bien hasardeuse et infondée. On ne connaît toujours pas le nombre de personnes infectées par le virus COVID-19. N’en déplaise à l’étude épidémiologique publiée, ce jour, par l’Institut Pasteur, caricature d’une certaine forme d’épidémiologie fondée, non sur l’analyse des résultats d’observations rigoureuses, sur le terrain, mais sur l’application de modèles mathématiques s’appuyant quasi exclusivement sur les données d’hospitalisation et de décès supposées permettre, comme le prestidigitateur sort le lapin de son chapeau, d’en extrapoler le nombre personnes infectées. Les chercheurs de l’Institut Pasteur aboutissent ainsi au chiffre de 3,7 millions (soit 5,7 (suite…)

Covid-19 : La nécessaire solidarité sanitaire internationale

La pandémie de coronavirus a semé la pagaille dans l’organisation sanitaire des pays. L’aide internationale n’a joué qu’un rôle marginal. Il est nécessaire aujourd’hui de repenser les réponses sanitaires et les solidarités internationales. L’épidémie de Covid-19 (ou SRAS-CoV2) est, avec la pandémie de grippe de 1918-1919, l’événement sanitaire peut-être le plus mondialisé qu’ait connu l’humanité. En tout cas avec une telle rapidité. Pratiquement tous les pays et territoires de notre planète sont touchés. Des cas sont enregistrés partout. Les relations, les liens physiques entre les pays, le commerce, sont eux aussi fortement affectés. Les effets sur nos économies sont d’une brutalité jamais peut-être connue. Même l’amplitude du choc de la crise de 1929 pourrait être dépassée, à court terme. De nombreux pays, comme les Etats-Unis, qui connaissaient le plein emploi, (suite…)

#3 En Chine, la maladie est une cause majeure de pauvreté

Cet article écrit par Olivier Milcamps a été initialement publié pour Kea-Partners. Le dossier complet est accessible ici. Malgré le fort développement d’un système public d’assurance santé, la maladie constitue toujours une cause majeure de pauvreté en Chine. En 1990, moins de 5% de la population chinoise bénéficiait du système public d’assurance santé, 24% en 2005 et 97% aujourd’hui, suite aux ambitieuses réformes adoptées en 2003 (mise en place d’un système d’assurance santé publique) et en 2009 (programme global d’investissements de 135,1 milliards USD, principalement consacré à la construction d’hôpitaux). Pourtant, une personne atteinte d’une maladie grave comme le cancer ou le diabète est de facto confrontée à des dépenses dont le coût catastrophique peut entraîner la ruine de sa famille, à moins qu’elle ne renonce aux traitements. Selon une étude chinoise récente, 14 (suite…)

Mobilisons nous pour l’activité physique !

Suite à la promulgation de la loi de modernisation de notre système de santé, nos médecins devront dès mars prochain, être en mesure de prescrire une activité physique adaptée à leurs patients souffrant d’une affection de longue durée. Si cet acte, tant attendu par les partisans de l’activité physique pour notre santé, reconnaît cette dernière comme un véritable traitement thérapeutique, il ne doit pas nous faire perdre de vue les effets de l’activité physique dans la prévention de ces mêmes pathologies. Des barrières à sa mise en oeuvre ! Pas si simple, car la prescription d’un traitement thérapeutique requiert une expertise que nos médecins ne possèdent pas tous. Faire une activité physique, oui mais… Quoi ? Comment ? Où ? Quelle posologie? Dans quelles conditions techniques ou climatiques ? Bref, autant (suite…)

Valls : une volte-face peut-elle en cacher une autre ?

Manuel Valls, tout jeune ex-premier Ministre du quinquennat de François Hollande, se prendrait-il pour le Richard Virenque de la politique ? Après avoir dopé, à l’insu de son plein gré, sa politique à coup de 49.3, le voici empressé de jeter dans les poubelles de la rue Montpensier, le siège du Conseil Constitutionnel, le fameux article de notre Constitution. Sur sa lancée, pourrait-il réserver les vidoirs de la rue de Ségur à la loi de santé de Marisol Touraine tant décriée ? Candidat de la primaire à gauche, Manuel Valls avait annoncé le 15 décembre dernier qu’il souhaitait, s’il était élu Président de la République, supprimer l’article 49.3 de notre Constitution. En l’absence de majorité, cet article permet au Premier Ministre de faire adopter, en engageant sa responsabilité devant l’Assemblée (suite…)

#2 Les Chinois sont accros à la perfusion

Cet article écrit par Olivier Milcamps a été initialement publié pour Kea-Partners. Le dossier complet est accessible ici. La consommation des médicaments en Chine : des pratiques à repenser d’urgence. Lorsque vous rentrez dans le hall des consultations externes d’un hôpital chinois, outre la hauteur des colonnes en marbre et les files d’attente aux guichets d’enregistrement, vous serez forcément surpris par la foule assise dans une salle en rangs serrés… et sous perfusion d’antibiotiques ou de fortifiants. Il s’agit en effet en Chine du traitement de première intention pour toute personne présentant une fièvre, toux, grippe ou gastro-entérite. Les Chinois sont devenus totalement « accros à la perfusion », la grande majorité considérant qu’une perfusion d’antibiotiques constitue la panacée, y compris pour une maladie virale. Résultat : l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) rappelle régulièrement la (suite…)

#1 En Chine, il est difficile et coûteux de voir un médecin

Cet article écrit par Olivier Milcamps a été initialement publié pour Kea-Partners. Le dossier complet est accessible ici. L’accès aux médecins et aux soins en Chine. Une réforme profonde du système de santé a été lancée en 2009. La plus importante depuis l’ère maoïste. Des progrès significatifs ont été réalisés : 96% de la population bénéficie aujourd’hui d’une assurance santé obligatoire de base contre 45% en 2006 et moins de 5% en 1980 30% d’hôpitaux supplémentaires sont sortis de terre, soit 7 000 nouveaux hôpitaux. Malgré cela, « kàn bìng nán, kàn bìng guì«  « Il est difficile de voir un médecin, c’est coûteux de voir un médecin » est devenue une phrase courante dans les conversations. Au-delà de la disparité structurelle ville riche / campagne pauvre, l’accès aux soins demeure très déséquilibré. (suite…)

Présidentielles : se « trumper » ou « mariner » ?

Au lendemain de l’élection présidentielle américaine qui a vu la victoire de Donald Trump, l’élite occidentale se demande, après le choc des résultats, pourquoi les américains se sont-ils « trumpés » ?  En France, à quelques mois de l’élection présidentielle, l’événement américain associé au récent Brexit, amène l’intelligentsia à s’interroger : les français risquent-ils de « mariner » en portant le Front National et Marine Le Pen à la tête du pays ? Pourquoi les américains se sont-ils « trumpés » ? Les temps changent. Seules les élites bien-pensantes et sûres d’elles mêmes, journalistes, instituts de sondage, politiciens et autres intellectuels, ne voient, ni n’entendent ce changement climato-politique venu des peuples en souffrance, des peuples en désespérance. Pourtant les observateurs nous disent que les conditions et le niveau de vie mondial se sont globalement améliorés. Nul ne le conteste. Mais les richesses, (suite…)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer