Tag archives : médecin

Crise à l’hôpital : Ségur peut-il encore avancer sans Bercy ?

Éditorial de la 485ème Après la menace de 660 médecins hospitaliers dans une  tribune du JDD, près de 300 ont déjà démissionné de leur poste d’encadrement hospitalier. Le 27 janvier, le CHU de Rennes lance le bal avec 54 démissions, puis à Paris quelques jours plus tard avec 56 chefs de service dans six hôpitaux de l’ouest et du sud parisien. Mais quelle mouche à donc piqué l’hôpital ? Lire : Plan d’urgence à l’hôpital : insuffisant pour calmer les soignants Les dépenses de soins ne cessent d’augmenter. Naturellement. Mais l’État poursuit une politique de régulation des dépenses. On demande aux hôpitaux de réaliser des économies. Comme l’explique le Pr. Grimaldi dans Marianne, « en 2018, on nous a demandé de réaliser une économie de 960 millions pour faire en sorte de compenser la (suite…)

Des hobbies, des lobbies et des bobies

Santé : les Français picolent et fument trop selon l’OCDE L‘OCDE a publié un communiqué de presse hier sur ses résultats d’enquête annuels auprès de 36 pays (le rapport sera disponible le mois prochain en accès payant). Les dépenses de santé des pays de l’OCDE devraient augmenter de +2,7% par an pour atteindre 10,2% du PIB d’ici 2030. Ce sont les États-Unis qui dépensent le plus en soins de santé en 2018, avec 16,9 % de leur PIB, juste devant la Suisse, 12,2 % de son PIB. L’Allemagne, la France, la Suède et le Japon dépensent à peu près 11 % de leur PIB. Pour la France, les indicateurs révèlent que si le pays a le troisième rang pour reste à charge le plus bas en part de la consommation finale des ménages des pays (suite…)

Plan autisme : révolution ou plan de comm ?

Fin de vie : l’avis du CESE favorable à une aide à mourir La préconisation n°12 de l’avis du Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) suscite quelques réactions.   #Findevie : l’avis du #CESE favorable à une #aide à #mourir https://t.co/bvIi1MinZt — Vincent Fromentin (@vfromentin) 13 avril 2018 Un nouveau statut pour les médecins ? Une tribune signée par quelques « personnalités de la santé » fait le buzz (où on retrouve Claude Évin ex-ministre qu’on retrouve ici aussi, Guy Vallancien, Jean-Paul Ortiz de la CSMF, Olivier Le Pennetier de l’ISNI, Patrick Gasser de l’UMESPE, Philippe Boutin de la conférence nationale des URPS, Christian Anastasy IGAS et ancien ANAP et quelques consultants). Une brochette assez institutionnelle. Pour gommer la guéguerre entre la ville et l’hôpital, ils proposent de créer un « nouveau statut mixte, (suite…)

[Re]vue de Web : La France est-elle en bonne santé ?

Cette semaine d’actualité est marquée par la publications de plusieurs rapports intéressants sur l’état de santé et sur la démographie médicale. Nous y reviendrons en détail dans la semaine. L’état de santé de la population L‘IRDES publie ce mois-ci une étude européenne sur l’état de santé des populations. Il s’agit d’un panorama extrêmement complet sur l’année 2014, représentatif de 95% de la population française. Ainsi, selon les résultats de l’enquête, en France métropolitaine, 69 % des personnes âgées de 15 ans ou plus se déclarent en « bon » ou  » très bon » état de santé (p.35). Près d’une personne sur trois déclare un état de santé « assez bon », « mauvais » ou « très mauvais » (p.30) : 23 % déclarent un état de santé « assez bon » et 7 % un « mauvais » ou « très mauvais » (suite…)

L’assiette au beurre

Éditorial de la 363 Contrairement aux idées reçues, le nombre de médecins en France ne cesse d’augmenter. Et la densité des professionnels est toujours au-dessus de celle des pays de l’OCDE. Pourtant à entendre les cris d’orfraie de Patrick Bouet et de François Baroin, la désertification est à nos portes; plus une seule collectivité ne fait pas face aujourd’hui à un problème d’accès aux soins. « Hémorragie », « catastrophe », « chute inexorable« , les titres de la presse redoublent d’imagination pour évoquer l’avancée du « désert médical« . Maires et médecins ont trouvé une « cause commune » : accuser les pouvoirs publics. Mais c’est avoir la mémoire bien courte… Lire : Quand le Conseil de l'Ordre se prend pour la CGT Pour perdre encore plus le clampin moyen derrière son téléviseur, les chiffres sont différents selon les sources. La CNAMTS (suite…)

Négociations conventionnelles : le crépuscule des dieux

Éditorial de la 349 Mercredi dernier se sont ouvertes les négociations conventionnelles entre l’Assurance maladie et les syndicats médicaux (CSMF, MG France, FMF, SML et Le Bloc) qui devraient -ou pas- aboutir à un accord fin août. Si aucun accord n’est obtenu, comme le redoute Jean-Paul Ortiz de la CSMF dans Le Monde, il serait prévu de faire appel à un règlement arbitral. Et l’on ne peut que s’interroger comme lui tant l’environnent budgétaire de l’ONDAM est très contraint, face à des revendications fortes des médecins portées par des syndicats encore échaudés par leur opposition à la loi de santé.  Ces derniers, rassemblés contre le tiers-payant, sont parvenus à publier un socle de revendications communes. Mais Nicolas Revel prévient déjà : le ticket d’entrée pour une nouvelle convention, c’est 1 milliard d’euro. (suite…)

Amour, Gloire et Black Friday

Éditorial de la 335 La croissance semble de retour en Europe, même si la France depuis dimanche n’a plus un seul centime dans ses caisses et vivra à crédit jusqu’à la fin de l’année… Le Gouvernement vient de publier un rapport sur les nouveaux indicateurs de richesse : si les indicateurs montrent une conjoncture défavorable, changeons d’indicateurs ! Il s’agit de « déplacer le centre de gravité de notre appareil statistique d’un système de mesure privilégiant la production à un système orienté sur la mesure du bien-être des générations actuelles et à venir, aux fins d’aboutir à des mesures plus pertinentes du progrès social. » Pour aller « au-delà du PIB« , en « utilisant des mesures plurielles » susceptibles d’avoir un « poids dans la décision publique au moins aussi important que celui des mesures usuelles de la production« . (suite…)

Élections professionnelles des médecins : une rentrée musclée

A en croire les gesticulations des syndicats de médecins à l’approche de leurs élections professionnelles, la rentrée politique s’annonce électrique. D’autant que la ministre de la santé ayant réussi à mobiliser l’ensemble des professionnels de santé contre elle et son projet de loi, les syndicats vont devoir rivaliser et surenchérir pour ramener la couverture à eux. Mais l’histoire n’est pas nouvelle : en France, contrairement à l’Allemagne par exemple, le syndicalisme médical, privilégiant la logique libérale, s’est développé en opposition à la mise en place de l’assurance maladie obligatoire. On relira sur le sujet avec intérêt l’ouvrage de référence de Patrick Hassenteufel intitulé « Les médecins face à l’État » publié en 1997. Et le calendrier est chargé : à partir du 14 septembre, le Sénat examinera le projet de loi de santé de (suite…)

Et si les « déserts médicaux » étaient un mirage ?

Si le territoire est aux confluences d’enjeux politiques parfois contradictoires, c’est certainement que la notion de territoire partage la même étymologie que celle de « terreur« . Mais l’actualité de la santé en France revient tellement sur le concept de « désert médical » qu’il convient de s’y arrêter quelques instants. A l’origine de cette expression, certainement l’ouvrage d’un géographe en 1947 qui marquera les scénarios d’aménagement du territoire successifs : « Paris et le désert français ». Il ne s’agissait pas encore d’un désert médical mais bien de territoires où la population n’avait pas les mêmes chances : l’objectif de l’aménagement du territoire est de combler ces « déserts » dans l’esprit volontariste de la IIIème République et des Droits de l’Homme. Question : alors que les politiques qui cherchaient des services publics de proximité n’ont pas réussi (suite…)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer