Accueil / Les sujets de politique de santé en France / Présidentielles 2017 / Programme santé de Macron : « révolution culturelle » ou paroles creuses ?

Programme santé de Macron : « révolution culturelle » ou paroles creuses ?







La Lettre de GaliléeEn attendant la publication du Petit Livre Rouge de celui qui promet, lors de son déplacement à Nevers, une « révolution culturelle » en santé, Emmanuel Macron égraine ses idées au fil  de ses prises de parole. Malgré l’absence de programme officiel (pas avant le 2 mars…), quelques grandes lignes se dégagent des propos du candidat à la présidentielle de 2017 sur les problématiques de santé.

Lire : Petit manuel de Macron-économie à l'hôpital

Emmanuel Macron se pose comme un candidat de l’innovation, de la rupture au-delà du clivage droite/gauche. En attendant des promesses écrites, on doit se contenter d’analyser sa rhétorique bien huilée. Ses premières propositions « santé », synthétisées dans un document tout rose qui fait mal aux yeux mais qu’on peut lire sans lunettes, s’articulent autour de 5 axes :

  • Révolutionner la prévention : la création d’un service sanitaire de 3 mois : « les 40 000 étudiants en santé, en médecine, en pharmacie, en dentaire, des étudiants infirmiers et infirmières, auront au moins trois mois d’actions de prévention. Ils iront, dans les écoles, sensibiliser sur le tabac. Ils iront, dans certaines écoles défavorisées, dans les EHPAD, les maisons de retraite, prévenir la mauvaise audition, certains risques liés à des maladies dentaires, certains comportements qui conduisent à des maladies. C’est bon pour les professionnels de santé, c’est bon pour le pays. C’est un décloisonnement, c’est une révolution culturelle que nous devons conduire. » a-t-il affirmé à Nevers le 6 janvier dernier.
  • Améliorer la couverture santé : prendre en charge à 100% l’optique, l’audition et le dentaire :  « Pour développer la prévention, il faut que les Français puissent prendre soin, sans se ruiner, de leurs yeux, de leurs dents et de leur audition. S’agissant des lunettes, des prothèses dentaires et de l’audition, l’objectif est de 100% de prise en charge pour 2022. Cette meilleure prise en charge ne se fera pas aux dépens des Français. En effet, la situation qui prévaut aujourd’hui, avec des prix très élevés pour ces prestations, est trompeuse car l’Assurance maladie rembourse très mal ces domaines. Ainsi, le tarif dit de « responsabilité » de l’Assurance maladie est de 7,42€. C’est peu, pour se rembourser une monture et des verres correcteurs dont le prix de vente moyen est de 299€… Pour améliorer la couverture santé des Français, les régimes obligatoire et complémentaire doivent travailler ensemble à une meilleure régulation de ces marchés.« 
  • Préserver la solidarité : le refus du déremboursement : « Face aux inégalités sociales, je suis défavorable au déremboursement des petits soins. Ce n’est pas un projet radical, c’est un projet partial, injuste et inefficace. Le projet que je porte encourage l’accès de tous aux soins. Je m’engage à ce qu’il n’y ait aucun déremboursement de soins utiles durant mon quinquennat. C’est un engagement solennel et fondamental. » a-t-il confirmé à Nevers taclant ainsi le projet de François Fillon.
  • Lutter contre le gâchis : le médicament à l’unité : « Qui n’a pas chez soi une armoire à pharmacie remplie de médicaments ? sermonne-t-il. C’est un gâchis, et pour le porte-monnaie des Français et pour les comptes publics. Une expérimentation a déjà été lancée. Mais il faut aller beaucoup plus vite. Cela demandera une adaptation importante pour les industriels et les pharmaciens. »
  • Améliorer la prise en charge des soins 50 000 patients par an ont une forme sévère d’hypertension artérielle : « Ces patients ont besoin de beaucoup plus de consultations, d’examens, ou d’hospitalisations, et de beaucoup de traitements pour se soigner. Ils étaient pris en charge à 100% jusqu’en 2011, jusqu’à ce qu’un décret signé par François Fillon, contre l’avis unanime de la communauté médicale, ne les prive de cette couverture justifiée. Cette mesure d’efficacité et de justice coûtera moins de 20 millions d’euros chaque année. »

Ce contenu est restreint aux abonnés. Veuillez vous enregistrer ci-dessous. Si vous n'êtes pas abonné, découvrez vite nos offres !

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Les Bikini, la transparence et les statistiques

Éditorial de la 361 Dans les pages saumon du Figaro ce lundi, ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer