Accueil / Protection sociale / Merci Simone

Merci Simone

Nous étions le 19 juin 1989.
Le syndicat des cadres Force Ouvrière, peu habitué il est vrai à sortir de sa naphtaline, s’était aventuré, contre l’avis du tout récent grand chef à plume du syndicalisme réformiste Marc Blondel, à consacrer la première journée de son congrès à un débat sur l’avenir de la sécurité sociale. Simone Veil devait présider la table ronde. Il y avait là une belle brochette de «patrons» de la sécu : Gilles Johanet, Dominique Coudreau, Bertrand Fragonard, Christian Marie… il y avait aussi Maurice Derlin, le «sphinx» de la CNAM.

La Lettre de Galilée

Simone Veil en 1989

Catastrophique, le score des élections européennes était tombé. La liste du parti centriste menée par Simone Veil venait de prendre une veste : un poussif 8%, tout juste sept élus, une gifle pour l’ancienne présidente du Parlement européen.
Tout le monde s’impatientait : Viendra ? Viendra pas ?

L’icône du féminisme français arriva, à l’heure. Une allusion ou deux sur sa déception de la veille, mais un discours improvisé sur la nécessaire réforme de la sécurité sociale. Quelle femme exceptionnelle ! Un personnage hors normes, des propos simples, d’une grande douceur, mais décoiffants, parfois incisifs. Du bon sens à l’état pur.

Simone Veil fut ce jour là comme elle a été toute sa vie : une femme de parole, une femme d’honneur, de conviction, une femme d’engagement. Les féministes en France (qui ne sont pas seulement des femmes) lui doivent beaucoup.

Pour honorer la mémoire de la grande dame de la protection sociale française, et par la même occasion, passer un bon moment, allez donc au théâtre pour voir « Et pendant ce temps Simone veille », une pièce déjantée, drôle, portée par quatre comédiennes qui retracent la vie de quatre générations de femmes françaises et qui se termine par une chanson sur l'IVG, la pilule, la péridurale, la contraception...

Merci Simone

Crédits photos : ActuaLitté.

À propos de Remy Fromentin

Cofondateur de La Lettre de Galilée en 2007, il a mené une carrière de dirigeant au sein de l’Assurance maladie jusqu’en 2002. Il est depuis cette date consultant international.

Voir tous ses articles.

x

Lisez-aussi

Blondel : la mort d’un éléphant

Un éléphant dans un magasin de porcelaine ? oui, sans doute, mais ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer