Accueil / Les sujets de politique de santé en France / L’Ordre des dentistes est-il devenu un simple (mais très coûteux) syndicat ?

L’Ordre des dentistes est-il devenu un simple (mais très coûteux) syndicat ?

C'est en substance la question que pose la Cour des Comptes dans son rapport annuel dont elle consacre une partie à l'Ordre des chirurgiens-dentistes  Hier, la Cour des Comptes a rendu son traditionnel rapport annuel : 27 chapitres, 101 recommandations, 1 300 pages. Quelques chapitres nous intéressent : l'indemnisation amiable des victimes d'accidents médicaux, l'Ordre National des Chirurgiens-dentistes, l'hébergement des personnes sans domicile, le soutien aux débitants de tabac, la Caisse de prévoyance des professions libérales (CIPAV) ou encore la gestion des hôpitaux d'Ajaccio et de Bastia. Tout y passe; chacun en a pour son grade. Décryptage du premier chapitre.

L'Ordre des dentistes dans le viseur : "bijoux", "montre sertie de diamants", "grands vins" offerts avec prodigalité

La charge la plus violente concerne l'Ordre des chirurgiens-dentistes : avec 20M€ de cotisations annuelles, l'Ordre "a délaissé une partie de ses missions d’organisation et de contrôle de la profession dentaire au profit de la défense d’intérêts catégoriels qui ne lui incombe pas". De plus, "l’aisance financière que lui procure une augmentation continue des cotisations a favorisé de graves désordres dans les comptes et la gestion" annonce poliment la Cour des Comptes en préambule de son chapitre.

"La pratique des cadeaux, achetés sur les fonds de l’Ordre, et donc au moyen des cotisations ordinales, en faveur des conseillers, des membres de leur famille ou parfois des salariés, est extrêmement répandue : grands vins, coffret « Relais et châteaux® » d’une valeur de plusieurs milliers d’euros, bijoux et accessoires de haute couture, pulls en cachemire, montre sertie de diamants, ordinateurs, stylos de grande marque, soins de thalassothérapie et autres chèques cadeaux sont offerts avec prodigalité." (p.138)

Alors que la loi HPST de 2009 préconisait le "principe du bénévolat de la fonction ordinale", limitant les indemnités à un plafond annuel de 115 848 € par conseiller, la Cour nous apprend que "le montant des indemnités versées en 2015 aux membres du conseil national a, au total, dépassé 600 000 €, dont plus de 400 000 € pour les huit membres du bureau (soit 50 000 € par conseiller en moyenne)." (p.134) A cela s'ajoute des indemnités lorsqu'ils participent à des réunions ou des événements extérieurs, parfois "dans un esprit fort éloigné du bénévolat : participation au goûter de Noël des enfants du personnel, participation à un concert organisé par une mutuelle, à un cocktail de départ d’un agent de l’ARS, aux cérémonies du 14 juillet ou à diverses réunions syndicales." (p.135)

Le Dr. Philippe Rudyard Bessis avait déjà osé évoquer ces indemnités démesurées; en 2011, il avait été radié à vie.

Cerise sur le gâteau pour les apparatchiks du Bureau : un appartement de fonction gratis, tous frais payés à Paris : "Toutes les charges afférentes à ces logements sont payées par l’Ordre, jusqu’aux factures de blanchisserie du linge de maison, pour un total de plus de 100 000 € par an".

La Lettre de Galilée

Pierre Bouchet, trésorier adjoint - Alain Scohy, trésorier – Jean-Marc Richard, vice-président – André Micouleau, vice-président – Paul Samakh, vice-président – Geneviève Wagner, secrétaire générale - Gilbert Bouteille, président - Myriam Garnier, secrétaire générale

Christian Couzinou, l'ancien président de l’Ordre, jusqu'en 2015, pour bénéficier d'une rémunération maximale alors qu'il était retraité, s’était fait embaucher en avril 2009 comme " assistant dentaire" (!) auprès d'un confrère. Une demi-journée de travail qui lui permettait de toucher, ainsi en tant qu'actif, les "indemnités ordinales au taux maximum". Soit un complément de revenu de 107 000€ entre 2009 et 2015. L'Ordre s'est justifié : "C’est justement pour rester en prise directe avec la réalité de l’exercice, qu’il a souhaité maintenir une activité professionnelle durant les huit années de sa présidence."

Ce contenu est restreint aux abonnés. Veuillez vous enregistrer ci-dessous. Si vous n'êtes pas abonné, découvrez vite nos offres !

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée.

Voir tous ses articles.

x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

La santé, parent pauvre des présidentielles

Éditorial de la 365 C'était en 1982. La dernière fois que les ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer