Accueil / Éthique / Fin de vie : Donald Trump et le Pape François au secours de la vie

Fin de vie : Donald Trump et le Pape François au secours de la vie

Éditorial de la 415ème

En France, l'affaire Vincent Lambert, du nom de ce patient "en état de conscience minimale", dont l'arrêt ou non des soins déchire sa famille depuis près de dix ans, revient devant le Conseil d'État qui réexamine aujourd'hui même la question.

Le rapporteur public privilégie ainsi de "recommencer la procédure depuis le début". Le Conseil d'État avait déjà rendu une décision en 2014 de suspension des soins, validée par la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH).

Il  est de nouveau saisi par les parents du patient qui demandent l'invalidation de la décision d'arrêter les soins prise par la Cour administrative d'appel de Nancy en juin 2016. La juridiction devra rendre ses conclusions d'ici la fin du mois.

Lire : Fin de vie : le Conseil Constitutionnel conforte le rôle du médecin

Au Royaume-Uni, c'est le petit Charlie Gard qui défraye la chronique. Ce bébé de 11 mois, atteint d'une maladie rare, est hospitalisé depuis octobre 2016 au Great Ormond Street Hospital for Children.

L'équipe médicale a décidé d'arrêter les soins mais les parents de l'enfant s'y sont opposés.

En février dernier, ils demandent donc aux tribunaux s’il serait dans "l’intérêt supérieur de leur fils de lui administrer un traitement expérimental aux États-Unis". Une première décision de justice de la High Court of England and Wales, confirmée en appel, a débouté les parents estimant qu'il était légal pour l’hôpital de mettre fin aux soins de soutien des fonctions vitales de Charlie au motif que, "selon toute vraisemblance, il souffrirait considérablement si ses douleurs actuelles étaient prolongées sans perspective réaliste d’amélioration, et que les soins expérimentaux ne lui procureraient aucun avantage". La CEDH a également confirmé la décision.

Alors que l'hôpital laisse un peu de temps à Charlie et ses parents pour entamer la procédure de soins palliatifs, Donald Trump le 3 juillet dernier se fend d'un tweet où il propose d'aider la famille.

Le Pape François, lui aussi adepte de Twitter, avait, le 30 juin, tweeté son soutien. Le Cardinal Sgreccia, le président de l'Académie Pontificale pour la Vie, s'était montré particulièrement véhément sur cette affaire.

Finalement, deux hôpitaux internationaux offraient ainsi au petit Charlie un autre avenir : un hôpital à New-York et à Rome l'hôpital pontifical de l'Enfant-Jésus proposaient tous deux au nourrisson un traitement expérimental permettant d'améliorer ses fonctions cérébrales.

Selon le Quotidien du Médecin, cette situation a conduit à un écheveau diplomatique entre Rome et Londres par l'intermédiaire de leurs ministres des Affaires étrangères, Angelino Alfano et Boris Johnson. Le transfert à Rome aurait été possible mais sous réserve de respecter la décision de la Cour Suprême. Pour Mariella Enocla, à la tête de l’hôpital pontifical, "il est évident que l’hôpital du pape ne peut pas prendre une telle condition en considération car la vie est sacrée".

Hier, les parents de Charlie Gard se sont présentés avec une pétition de plus de 350 000 signatures pour que le nourrisson puisse être soigné à l’étranger et recevoir un traitement expérimental.

Face aux "preuves apportées par les deux hôpitaux internationaux à propos de leur traitement expérimental", l’équipe médicale s'est présentée à nouveau devant la Cour de justice britannique estimant qu'il était "juste" que ces "nouveaux éléments" soient examinés. Aujourd'hui, à l'issue de l'audience, le juge Nicholas Francis a donné 48h aux parents pour apporter de nouvelles preuves.

"Un affrontement médiatisé de deux conceptions de la médecine et de la vie" conclut le Dr. Nau dans son article consacré au sujet.

Crédits photos : artjouer street art.

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée.

Voir tous ses articles.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer