Accueil / Les éditos des différentes Lettres de Galilée / Fin de vie : 4 000 euthanasies clandestines

Fin de vie : 4 000 euthanasies clandestines

Éditorial de la 439ème

Alors que l'euthanasie de lionceaux d'un zoo suédois suscite la polémique, cette semaine, en France c'est la députée de Meurthe et Moselle, Caroline Fiat, défendant la proposition de loi visant à légaliser l'euthanasie et le suicide assisté, qui soulève une controverse sur "les euthanasies réalisées "en catimini" contre le gré des patients à l'hôpital" (2h30'00'').

 

Se basant sur une étude de l'INED de 2012, intitulée "Les décisions médicales en fin de vie en France", elle ensuite affirmé que "les décisions médicales avec intention de mettre fin à la vie des patients représentaient 3,1% des décès enregistrés dans notre pays en décembre 2009 et que seul 1/5 de ces décisions étaient prises à la demande des patients. Il est donc grand temps d'encadrer les quelques 4000 euthanasies clandestines qui seraient ainsi pratiquées chaque année dans notre pays."

Lire : Fin de vie : une nouvelle séquence de com

Réitérant son affirmation sur Twitter, la réaction ne s'est pas fait attendre.


Stéphane Long dans le Quotidien du Médecin revient sur les chiffres que cite la députée : "elle s’emmêle les pinceaux dans l’interprétation des chiffres. Elle extrapole le pourcentage des décès liés l’administration de médicaments pour mettre délibérément fin à la vie à l’ensemble des décès en 2017 (plus de 600 000) et non pas, comme c’est le cas, aux seules décisions médicales en fin de vie. En 2010, ce chiffre s’élevait donc à 38 (0,8 % de 4 723) et non pas à plus de 4 000 (en réalité 4 800) comme l’annonce Caroline Fiat. Ce que nombre d’internautes lui ont fait remarquer."

Lire : Ouverture de la PMA : comment le Gouvernement va faire passer la pilule

Même l'Ordre des médecins s'est fendu d'un message sur le réseau social.

Et la députée de rétorquer en 140 caractères : "Tout comme vous regrettiez les propos de Mme Simone Veil ... Comprendra qui voudra". C'est sûr...

Mais si la proposition de la loi a finalement été rejetée en Commission, le texte sera tout de même débattu en février. "Rarement un sujet aura été aussi débattu et évalué au cours des vingt dernières années. Rarement le législateur aura été aussi contraint de remettre aussi souvent l’ouvrage sur le métier. Preuve que le dispositif législatif n’est toujours pas adapté pour répondre aux attentes et aux besoins de nos concitoyens" plaide Caroline Fiat.

Certainement que les états généraux de la bioéthique, inaugurés la semaine dernière à l'occasion de la rediscussion des lois sur la fin de vie, seront l'occasion de revenir sur ces sujets délicats.

Mieux vaut un lourd rapport qu'un tweet trop léger.

Crédits photos : Edouard Desreumaux

 

À propos de Vincent Fromentin

Blogueur santé et directeur de publication de La Lettre de Galilée. Voir tous ses articles.
  • de Labriolle Philippe

    Quel jeu l’Ordre des Médecins joue-t-il dans cette affaire? Psychiatre des Hôpitaux depuis près de 40 ans, j’ai été sanctionné le 08/12/17 par le CROM du Centre pour comportement anti-confraternel et outrage à la Médecine, sur plainte du CDOM du Loiret. Quelle était ma faute? Avoir signalé le décès suspect d’une jeune handicapée de 21 ans, au CHD G. Daumezon, ce qui a entraîné une enquête du Parquet, jugée offensante pour la « communauté médicale ». L’affaire est en appel devant le CNOM, mais l’intimidation ordinale est flagrante: Pour le CDOM45 et le CROM du Centre, j’aurais dû fermer ma gueule, et garder pour moi mes « simples suspicions » (de senior expérimenté quoi qu’il en soit). N’ayant pas de sang sur les mains, je suis tenu en dhimmitude par l’hôpital qui m’a suspendu suite à l’enquête, n’a déclenché aucune procédure, et me paye pour rester chez moi depuis 10 mois. La transparence quant à la « fin de vie » et la pratique médicale n’est pas à l’ordre du jour…

  • Maurice974

    réaliser une euthanasie à quelqu’un qui ne l’a pas demandé: c’est un MEURTRE avec préméditation, appelons un chat un chat…. Quand même ça sent les histoires de croix gammée tout ça…. Assassinat de masse. Beurk horreur et malheur. Vous parlez d’euthanasie au lieu de meurtre comme on parle d’IVG au lieu d’avortement ; alors la légalisation n’est pas loin…. Le peuple est devenu pour, ce n’est plus grave de tuer un être humain surtout les plus faibles d’entre eux. Si c’est grave de porter atteinte à la vie humaine du début à la fin.

x

Lisez-aussi

La Lettre de Galilée

Fin de vie : une nouvelle séquence de com

Éditorial de la 395 Avant que le souffle(t) médiatique ne retombe, Marisol ...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer